Témoignage de Didier

Retour vers Témoignages                                                                                                                                                 Suivant vers Isabelle

J'ai rencontré Guruji pour la première fois en Mai 2012.
Auparavant j'avais cherché, pendant de nombreuses années, des réponses à ce qu'est la vie. Cela ne se manifestait pas forcément sous forme de questions, mais plutôt une quête d'un absolu, qui me poussait en avant à chercher. Quoi, je ne savais pas, je n'étais simplement pas satisfait et les réponses que j'avais ne me remplissaient pas.  
J'ai donc cherché dans les techniques du corps, la relaxation, les massages, la naturopathie etc..., ainsi que par la nourriture la méditation Zen et les arts martiaux.
Puis j'en suis arrivé à comprendre que notre mental influençait notre comportement et que notre égo nous manipulait.
Pour comprendre ces mécanismes, j'ai entrepris un travail sur la relation pendant de nombreuses années.
J'ai beaucoup appris, sur moi, les autres, mes réactions face à certaines situations.
Pourtant cette petite voix intérieure me disait toujours, il y a quelque chose de plus grand. J'avais l'impression de buter contre le plafond, en sachant qu'il y avait un étage au dessus. 
Le hasard de la vie a mis entre mes mains un livre de Muktananada. Il parlait de la méditation, Shaktipat, la Kundalini. Cela faisait écho en moi. J'ai décidé de reprendre la méditation et en quelques mois j'ai lu tous les livres de Muktananada. 
Je savais pourtant que sans l'aide d'un guide, je risquais de m'égarer. J'ai donc cherché quelqu'un dans la tradition de Shaktipat qui puisse m'aider.
J'ai découvert Guruji sur internet, à travers un témoignage. J'ai attendu près d'un an pour le rencontrer, lors de sa première venue en France, qui avait été annoncée sur sa page Facebook. 
Cette session de 3 jours a été la réponse à que j'attendais depuis plus de 30 ans.
Le sentiment interne d'être de retour à la maison. 
J'ai toujours fonctionné dans la maîtrise, aimant comprendre,  analyser. J'entrais là dans une démarche qui allait bouleverser mes repères. 
La première fois que j'ai vu Guruji, (c'est comment cela que nous l'appelons), cela a été simple, loin de mes idées préconçues. J'ai rencontré quelqu'un d'abordable, toujours disponible, sans jugement, profondément humain, sans aucune attente et constamment relié à la source divine.
Lors des premières méditations, j'ai senti l'énergie se manifester. A chaque fois que Guruji passait et me touchait, c'était une vague qui me traversait, ma respiration se modifiait avec des tremblements dans les jambes, des mouvements involontaires des bras et des mains, des soupirs, des sensations de picotements dans la langue et du palais, des mouvements des yeux, de la chaleur dans les mains, puis à d'autres moments des sensations de froid, des mouvements d'énergie dans ma colonne vertébrale, et au niveau de plusieurs chakras. 
Puis un début d'ouverture au niveau du cœur, comme une sensation de déblocage.
Quand Guruji s'est mis à chanter OM, j'ai senti que tout mon corps résonnait, vibrait au rythme du chant.
J'étais rempli de gratitude pour Guruji, ce qu'il nous donnait. Pour la lignée aussi, que je découvrais.  
Depuis, les choses évoluent en permanence, aussi bien chaque fois que je le rencontre que dans ma vie quotidienne.
Deux choses demeurent importantes pour moi. 
D'abord c'est ma relation à Guruji. Je comprends mieux maintenant ce que veulent dire "abandon", et "dévotion". Deux termes mal compris en occident. 
Petit à petit, mon cœur s'ouvre et mon mental diminue. 
Chacun a une relation particulière avec lui. Moi, je suis nourri, comme perfusé quand je suis en sa présence. J'ai peu de questions mais cela passe par d'autres canaux, celui du silence. 
Les réponses que je cherchais par la compréhension s'évanouissent à son contact.
Je goûte le privilège de pouvoir partager des moments avec lui, être simplement là.
Il nous laisse totalement libre, cela nous met devant notre responsabilité. Il n'attend rien de nous. Ce que nous faisons, c'est pour nous. Il est simplement là, présent à tout moment pour nous écouter, nous conseiller, nous remettre sur la voie parfois.
Il est comment un père et je le remercie de sa présence bienveillante, de son Amour pour nous.
Ensuite, autre chose importante,  c'est comment cela se traduit dans ma vie de tous les jours.
La méditation en fait partie au même titre que respirer.
Je sens le travail de la Shakti en moi, aussi bien dans la méditation elle-même que dans mon quotidien. 
Moi qui basait ma vie sur la maîtrise, j'ai appris à lâcher, à dire oui à ce qui vient. Tout ne passe plus par le mental, et c'est le cœur qui, petit à petit, prend le relais.
Je réalise aussi que le travail se fait, ce n'est plus moi qui fait le travail avec un désir et une volonté de changer les choses mais la Shakti qui œuvre en moi.
Rien n'est plus comme avant. Il y a des moments de pure félicité et d'autres ou la Shakti nettoie ma part d'ombre. 
Les jugements sur moi et les autres s'estompent, mon intolérance aussi.
Les moments que je qualifiais avant de difficiles sont mieux acceptés et parce que mon regard a changé, ils ne me paraissent plus lourds à vivre. 
La nature de mon mental aussi a changé. Il y a des moments ou le mental joue son jeu négatif. Quand il veut m'emmener vers les pensées sombres, je le crois de moins en moins et je peux traverser ces périodes en étant centré sur mon Bien-aimé avec le cœur rempli de gratitude.
Plusieurs fois j'en ai fait l'expérience et jamais il ne m'a lâché la main. Cela peut paraître étrange à lire, mais je vous parle juste de mon expérience.
Ce chemin ou Sadhana ne me sépare pas de la vie quotidienne, c'est par ce que je vis que je peux voir la Shakti à l'oeuvre, comment mes réactions évoluent.
Mes méditations aussi se transforment, elles deviennent plus profondes et je perçois de moins en moins de différences entre les moments de méditation et les autres moments de la vie.  
J'ai la chance aussi de pouvoir partager cette vie avec mon épouse.
Je rends grâce à la Shakti d'avoir mis Guruji et la lignée sur ma route. 
Avant, je savais qu'il y avait un chemin, aujourd'hui je peux dire que j'ai trouvé mon chemin. 

Janvier 2014